Nicolas Klotz – Paria AKA Pariah (2000)

Image Hosted by ImageShack.us

29f7c043f76a2bde437fd0d52a185152

First part of a “trilogy of modern times” (the second one is La Blessure, and third – La question humaine).

Paria follows the path of two characters, Momo and Victor. Momo –remarkably played by Gérald Thomassin– lives in the streets, while Victor, on the edge of poverty, loses his apartment when he loses his job. Their destinies will come across during the night of the “millennium” which will be celebrated in a social pick-up bus. By a brilliant inversion of the points of view, the opening sequence, shot form the bus, in which the city night is threatening, takes a totally different aspect in the middle of the film. The events take another relief as the outcast have been given a face, taking back their humanity. In the wonderful sequence that follows, Blaise, one of the homeless is taken care of in a refuge where the outcast are healed and washed, far away in the suburbs, away from the good society. Victor and Momo, thanks to love, will find hope in a better future. Filmed in a documentary way, in DV under the cold urban lights, Paria catches the dark side of the city, the space between the spaces, the left-overs, and frees the speech of the outcast the society don’t know what to do with. (link)

Paria, c’est le récit du parcours initiatique de Victor, 18 ans, dans l’effervescence des préparatifs du passage à l’an 2000. Coursier dans un vidéoclub, il vient juste de tomber amoureux d’Anabelle quand il se fait voler sa bécane et vider de sa chambre pour trois loyers de retard.
Momo, SDF de 25 ans à la rue depuis deux ans et vivant de combines, décroche un plan de mariage blanc.
Victor erre dans Paris et rencontre Momo, qui l’entraîne dans les spirales d’une certaine réalité sociale, l’exclusion. Tous deux passeront cette nuit enflammée ensemble dans un Paris dont Victor n’aurait jamais soupçonné l’existence. D’un bar où ils rencontrent deux jeunes femmes montées à Paris pour faire la fête, au bus de ramassage de la RATP qui participe au nettoyage nocturne de la ville, et enfin au Chapsa de Nanterre où ils échoueront avec une centaine d’autres « ramassés de la nuit »… Le parcours initiatique de Victor lui révélera au cœur de lui-même et des autres, le souffle de la vie.

« Pour Paria, nous voulions nous confronter au réel, emmener le cinéma dans une zone de la société où il ne va jamais. Je crois que les questions concernant la fiction se posent mieux lorsqu’on se confronte directement au réel. On ne peut plus se réfugier derrière un système, derrière toute une imagerie du cinéma qui me paraît de plus en plus déconnectée de la vie. »
Nicolas Klotz

Avec Paria et La Blessure, Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval (qui ont également réalisé La Question humaine, le film évènement de Cannes 2007) plongent le cinéma dans le contour et les profondeurs de l’exclusion contemporaine. La disparition de certains êtres humains relégués hors de nos vues, hors de la ville, dans Paria, l’apparition d’hommes et de femmes venus de I’ étranger dans La Blessure, replacent la question de l’humain et de l’arrivée de l’étranger au cœur des débats contemporains sur la démocratie. L’édition DVD prolonge ce geste à travers quatre films réalisés par Nicolas Klotz pour l’occasion qui s’interrogent sur le cinéma, la peur, la clandestinité, les corps « interdits », l’histoire, à partir d’une série d’entretiens avec des refugiés, des philosophes, des sociologues, et des artistes européens.

Paria sort conjointement avec La Blessure, dont les personnages de sans domiciles fixes et de demandeurs d’asile venus d’Afrique nous interpellent de plus en plus puissamment aujourd’hui. Leur traitement, où la fiction est constamment en prise avec le réel.

http://www.nitroflare.com/view/E7E0075699C9663/paria.avi

http://keep2s.cc/file/66b67e4c2d333/paria.avi

http://rapidgator.net/file/6b8d6d5fa4122f0f8f8ad8658d4a3323/paria.avi.html

Language:French
Subtitles:no subs sorry

Tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.